Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 décembre 2019

un enfant dans la vie d'une chien

un_enfant.jpg

24 novembre 2019

.

Va, avance démasqué

                                 Hölderlin

06 août 2019

.

Interpréter, c'est prendre le chemin de la pensée ouverte par le texte, se mettre en route vers l'orient du texte.

  

                                                                     Paul Ricoeur, Du texte à l'action. Essais d'herméneutique II, Seuil, "Points", 1986

 

 

 

16 juillet 2019

.

J’ai tout le temps peur de tout le temps peur de tout le temps peur de tout le temps peur de tout le temps peur de tout

TRAIT.jpg

 

02 juillet 2019

.

 

C'est dur de dire "moi", dans le vide.

 

 

 

30 juin 2019

.

- Lui ?

- Oui, lui.

- En fait, je ne sais pas qui il est mais je sais qu'il est là. 

  Il me donne du large.

 

  Ses mains aussi. Quand je pense à lui, je pense à ses mains. Ses mains, font à elles seules la taille de tout mon

corps, de tous mes bras. J'aime ses mains

 

 

Et puis tu vois, ces mots, ces mots-là, c'est grâce à lui que je peux les écrire.

- Non, c'est grâce à toi. Ce sont tes mots, ça ne regarde que toi.

- Oui, bien sûr, ce sont mes mots mais quand-même. S'il n'était pas là, je ne les écrirais pas.

 
 
 
 
 

.

Ce dessin m'a pris cinq minutes, mais j'ai mis soixante ans pour y arriver.

                                                                                      Pierre-Auguste Renoir 

 

 

Peut-être

Je ne sais plus, gaie, ou triste, si la note reviendra. Trop de bruits, trop de sons, trop de voix. Toujours ça. Toujours la foudre qui s'éveille quand on s'adresse à soi, quand on cherche en soi les éléments de doute qui, parfois, laissent la place à d'autres doutes, peut-être plus consistants. Ou seulement dans la voix.

 

 

10 juin 2019

ADIEU VENISE

un homme a la mer.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

06 juin 2019

être forêt

                                                                                        *

On peut percevoir par exemple, dans le fait même d'une forêt qui lutte pour le maintien de son existence, la levée

d'un peuple. Observant, soutenant ce qui se tente aujourd'hui dans des espaces protégés par leur occupation même,

Jean-Baptiste Vidalou relève ainsi l'unité d'une expérience, d'une tentative, celle qui consiste à habiter des territoires

en lutte, à lutter par le fait même de les habiter, d'y installer sans exploitation ni domination des morceaux de sa

vie. (...) il appelle cela (...) : "être forêt".

 

Etre forêt ce n'est pas se prendre pour un arbre, c'est suivre la piste de cet événement vertical qu'est une forêt,

"quelque chose qui, contre l'étrangeté du monde administré, est enfin là"; et braver les pratiques dévastatrices (de

sols, de vies, et d'idées). Il ne s'agit pas de prendre la nature en respect, de voir dans la forêt une réserve précieuse

de la biosphère, mais d'y reconnaître "un certain alliage, une certaine composition tout à fait singulière de liens,

d'êtres vivants, de magie", un peuple qui paraît, "une défense qui s'organise", un imaginaire qui s'intensifie, de

nouvelles raisons d'aimer, des lieux et des liens où il serait enfin possible de respirer.

 

 

                                                                                                                              Marielle Macé, Nos cabanes. Verdier